« Papiers, s’il vous plait »: nouvelle et écran

Papers, Please est un jeu vidéo indépendant sorti en 2013-2014. Le joueur y incarne un inspecteur de l’immigration contrôlant les entrées à la frontière de son pays, l’Arstotzka, et du pays voisin, la Koléchie. Une guerre entre ces deux pays vient de se terminer, et la réouverture (bien que limitée) de la frontière attire un grand nombre de travailleurs, de fuyards, de réfugiés, de familles éclatées.

Le but du jeu: commettre le moins d’erreurs possible, en autorisant le passage de ceux dont les papiers sont en règle, et en refoulant les autres. Chaque cas traité amène un salaire à l’inspecteur, qui lui servira à nourrir, loger, chauffer et assurer la bonne santé sa famille. Les erreurs entraînent des amandes et, chaque jour, des instructions plus sévères concernant les immigrants autorisés à passer sont envoyées au checkpoint. Le joueur a de plus en plus de points à vérifier, et de moins en moins de temps pour le faire… ce qui menace vite la qualité de vie de sa famille.

Attention: spoilers sur les fins du jeu dans le paragraphe suivant

Papers, Please est plus complexe que ne le laissent deviner ses graphismes et son interface de « petit jeu ». Et il va encore plus loin: des clandestins proposent de l’argent au joueur pour qu’ils les laissent passer, des choix moraux parfois difficiles se poseront, une organisation secrète de Koléchie enverra des agents pour initier une révolution. Ces agents tenteront d’entrer en Arstotzka avec de faux papiers, en corrompant le joueur, en lui proposant d’entrer dans leur camp, ou de force… Des attentats à la bombe peuvent suivre une erreur, si le joueur laisse passer la mauvaise personne. Le jeu possède 20 fins différents, dont 17 mauvaises (à savoir des game over): mort de la famille du joueur causée par le manque d’argent pour se nourrir ou se soigner; arrestation ou exécution du joueur, qui entraîne selon les cas l’emprisonnement, la déportation ou le sauvetage de sa famille par les révolutionnaires. Et deux des trois bonnes fins consistent en la fuite d’Arstotzka avec toute ou une partie de sa famille…

Mais je n’écris pas cet article pour parler du jeu – même s’il est très bon. Son adaptation en court-métrage a été postée sur la Toile début 2018: une excellente vidéo qui réussit en 11 minutes à poser l’ambiance, les particularités, la complexité et le message du jeu. En cela elle m’évoque le genre de la nouvelle… Car la nouvelle est un genre, et pas seulement une histoire courte. Brève citation de Wikipédia:

Dans les pays francophones, la nouvelle, comme la novella et le roman, n’est plus une question de longueur mais une question de conception. Une nouvelle ne porte que sur un événement et n’a pas de temps de repos pour le lecteur, une novella a des événements qui se rapportent à un événement central et un roman a plusieurs événements. La novella et le roman prévoient des temps de repos pour le lecteur. On distingue aussi la nouvelle dite française dont le rythme est rapide et peu explicatif et la nouvelle dite anglaise ou allemande dont le rythme permet d’expliquer les pensées, les réactions des personnages.

Je ne suis pas du tout à l’aise dans la nouvelle, mais le genre m’intrigue… Un jour, je m’y mettrai sérieusement!

Bref, je ne peux que vous encourager à voir le court-métrage Papers, Please.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “« Papiers, s’il vous plait »: nouvelle et écran

  1. envolee92 dit :

    J’adore jouer à Papers, please ! Il est vraiment bien foutu comme jeu, et pas si facile. Je ne suis pas non plus très à l’aise avec le genre de la nouvelle, surtout avec cette histoire de « chute » vers laquelle tout le reste doit tendre. C’est un art à part entière !

    J'aime

    • Auriane EB dit :

      Un art qui requiert surtout pas mal d’entraînement, je crois! Même si certains critiques (de SF surtout) semblent considérer que les auteurs sont bons en textes longs ou en textes courts, mais rarement dans les deux…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s